Avec des taux d’intérêts extrêment bas depuis quelques années maintenant, de nombreuses personnes ont pu et se sont décidées à investir dans l’immobilier. De même, certains se demandent s’il faut ou non investir dans l’immobilier en temps de crise. Cela pourrait leur permettre de réaliser de bonnes affaires, ou à contrario, les bloquer pendant quelques années si l’investissement n’est pas rentable. En temps de crise comme en temps normal, l’investissement immobilier se révèle être une source de revenus confortable mais seulement si l’investissement a été bien fait et rapporte de l’argent.

Pourquoi investir dans l’immobilier en temps crise ou non ?

Se constituer un patrimoine

Quoi de mieux que de l’immobilier pour se constituer un patrimoine ?! Placement préféré des français avec l’assurance vie, l’immobilier a encore de très beaux jours devant lui. En investissant en société (SCI, SASU, SAS, …) il est possible également de transmettre son patrimoine à ses descendants sans payer ou en payant très peu d’impôts. On dit de l’immobilier qu’il s’agit d’un valeur refuge. Investir dans l’immobilier en temps de crise permet non seulement de se constituer un patrimoine mais aussi d’acheter un bien tangible, quelque chose de physique que l’on possède et que l’on ne pourra pas nous prendre, sauf si on n’arrive pas à payer les mensualités.

Se créer des sources de revenus

Détenir des biens immobiliers dans son patrimoine permet d’avoir différentes sources de revenus. Chaque loyer perçu est une source de revenu. Plus on a de loyers et donc de biens, plus on se sent en sécurité financièrement puisque l’on ne dépend plus ou pas d’une seule source de revenus (Exemple: travail salarié) mais de plusieurs petites. Plus elles sont nombreuses mieux c’est car si une venait à disparaître (non paiement d’un loyer par un locataire) ou à s’interrompre temporairement (vacance locative), les autres sources permettraient de payer les charges malgré tout. Cela ne serait pas possible en n’ayant qu’une seule source de revenus.

Améliorer sa situation financière grâce à l’immobilier en temps de crise

Avec l’immobilier il faut payer des taxes foncières, des charges de copropriété, des charges d’assurances, des charges de gestion, des impôts… C’est vrai ! Mais avec un ou plusieurs investissements rentables, c’est à dire qui rapportent chaque mois de l’argent une fois toutes les charges et taxes payées, on améliore sa situation financière. En fonction de si l’investissement est réussi, ou excellent, on peut gagner quelques dizaines, centaines voire milliers d’euros mensuellement juste avec un seul bien immobilier. Investir dans l’immobilier en temps de crise ou en temps normal, vous aidera à améliorer sensiblement votre situation financière. Plus vous aurez de biens rentables, mieux vous pourrez vivre et vous faire plaisir.

Atteindre l’indépendance financière

S’il y a bien un moyen “simple” d’atteindre l’indépendance financière c’est avec l’investissement immobilier. Pourquoi c’est “simple” ? Rien n’est facile, surtout quand on investit. Par contre la simplicité de l’investissement immobilier en temps de crise ou non, réside dans le fait que l’on peut utiliser l’argent des autres pour s’enrichir. En effet, en empruntant de l’argent à la banque pour acheter un bien immobilier, on utilise l’argent de la banque. Pour rembourser les mensualités, on utilise l’argent perçu des loyers, donc l’argent des locataires. Si vous arrivez à investir dans l’immobilier sans sortir d’argent de votre poche (financement intégral : prix de bien, frais de notaire, frais d’agence, travaux, frais bancaires), vous vous enrichirez rapidement et vous aurez de grandes chances d’atteindre rapidement l’indépendance financière grâce à l’immobilier.

Les dangers de l’investissement immobilier en temps de crise

Se précipiter en achetant un bien immobilier en temps de crise

Aller vite dans la constitution d’un patrimoine immobilier ne veut pas dire se précipiter. Aller vite c’est se constituer petit à petit un patrimoine immobilier qui génère chaque mois des revenus passifs. On achète un bien immobilier, on s’aasure qu’il rapporte un minimum d’argent en attendant quelques mois puis on en achète un autre et ainsi de suite. C’est comme cela que l’on va vite mais que l’on progresse prudemment. Se précipiter c’est acheter par exemple plusieurs biens immobiliers d’un coup dans un même immeuble parce que le vendeur nous fait “un prix”. Dans cet exemple il faut revenir aux fondamentaux de l’investissement immobilier c’est à dire se renseigner et poser et se poser un maximum de questions. Est-ce vraiment rentable, pourquoi le propriétaire vend-il ses 2 appartements en même temps, est-ce qu’il y a un problème, est-ce que l’on peut réaliser un bon investissement, quelles sont les procédures en cours dans la copropiété, … Se jeter sur une “affaire” n’est pas forcément la solution et risque de vous faire perdre à la fois du temps et beaucoup d’argent si vous vous précipitez.

Vouloir acheter tout et n’importe quoi

Ce n’est pas parce qu’un bien est peu cher à la vente qu’il s’agit forcément d’une bonne affaire. Le bien est peut-être mal situé, il peut présenter des défauts cachés, le coût des travaux ramène le montant total à un prix supérieur au prix du marché, …

Publicités

Commettre des erreurs grotesques

En temps de crise on est beaucoup tenté d’investir dans de nombreux biens immobiliers diverses. Le problème c’est que c’est dans ces moments là que l’on est le plus à même de commettre des erreurs grotesques. Pour éviter cela il faut toujours avancer pas à pas et rester sur les fondamentaux de l’investissement immobilier rentable. Le type de bien, l’emplacement, le potentiel de baisse de prix, le type d’exploitation, le taux de rentabilité et la trésorerie (cashflow) sont autant d’indicateurs à ne pas négliger.

Tour d’horizon de l’investissement immobilier en temps de crise

Immobilier d’habitation

L’immobilier d’habitation est composé des appartements, des maisons, des immeubles. Que l’on soit en temps de crise ou pas, les gens auront toujours besoin de se loger et de s’abriter sous un toit. L’immobilier d’habitation constitue un bon moyen d’investir dans l’immobilier en temps de crise. Avec la crise du coronavirus, le gouvernement permet aux entreprises de passer les employés en chômage partiel ce qui signifie que ceux-ci ne perdent pas trop ou pas du tout d’argent sur leur salaire malgré le fait qu’ils ne travaillent plus. De ce fait, les employés qui sont locataires ne se retrouvent pas à être dans une situation financière compliquée et peuvent continuer à payer normalement leur loyer.

Parkings et garages

Toujours avec l’exemple de la crise du coronavirus, il y a le confinement ainsi que les restrictions de déplacements. A cause de cela, les gens doivent laisser leurs voitures stationnées dehors sur un emplacement de parking. Si ces personnes n’ont pas de parking attribué, elles doivent stationnées sur des places publiques sachant que dans les grandes et moyennes villes, de moins en moins de ces places sont gratuites. Avoir un ou plusieurs parking permet donc de les louer facilement en temps de crise. Les gens préfèreront payer mensuellement entre 40 et 150€ plutôt que de risquer de prendre une amende, de payer une place à la journée ou de risquer de voir leur voiture être dégradée par des personnes mal intentionnées.

Locaux commerciaux

Avec la suspension du versement des loyers autorisée par les pouvoirs publics, la location de locaux commerciaux est clairement à éviter. Dans cette situation les locataires sont dispensés de payer leur loyer est c’est autorisé par le gouvernement. Si cela est justifié pour les petites entreprises, c’est totalement incompréhensible pour les grosses entreprises. Les bailleurs de locaux commerciaux se retrouvent donc lésés par décision gouvernementale.

Parts de SCPI

Très intéressant pour diversifier son patrimoine immobilier, les parts de SCPI permettent d’investir dans l’immobilier sans s’occuper de la gestion. On ne perçoit que des loyers net de frais et de charges. L’inconvénient est que de nombreuses SCPI investissent des des bureauc ou des locaux commerciaux. Exactement le type de biens pour lesquels le gouvernement a autorisé la suspension du versement des loyers. Pour éviter de faire face à une baisse de rendements des parts de SCPI, il est nécessaire de privilégier des SCPI qui investissent de manière diversifiée, dans des locaux commerciaux, des bureaux, mais aussi des biens immobiliers d’habitation et dans différentes régions voire pays.

Immobilier coté

Similaire dans sont fonctionnement et son exploitation, l’immobilier coté permet de toucher des dividendes au lieu de loyers. En revanche il est lui aussi principalement exposé à l’immobilier d’entreprise comme les bureaux et les locaux commerciaux, donc actuellement très risqué. Là encore il vaut mieux privilégier des sociétés qui investissent de manière très diversifiée, tant sur les biens que sur les zones géographiques. En revanche, un pari à tenter serait d’acheter des titres d’ntreprises dont le cours est énormément descendu.

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.