L’élasticité est une notion utilisée en Economie et en finance. Elle mesure la variation d’une grandeur par rapport à la variation d’une autre. Nous verrons danc cet article ce que c’est, d’où elle vient et les différents types qui existent.

Définition de l’élasticité

On calcule l’élasticité de la demande d’un bien par rapport à la variation de son prix (également appelée élasticité-prix de la demande). Elle sert à mesurer la sensibilité de la demande aux variations de prix. On mesure donc avec cet outil, l’ampleur d’une variation de la demande (les acheteurs) pour un bien, consécutive à une variation du prix.

La calcul de l’élasticité-prix de la demande s’effectue en divisant le taux de variation de la demande par le taux de variation du prix. Par exemple, si la demande de pommes augmente de 10% quand leur prix au kilo diminue de 5%, l’élasticité-prix de la demande de pommes est de -2 : 10% / -5% = -2. Une élasticité de -2 signifie que lorsque le prix des pommes diminue de 1%, les quantités demandées augmentent de 2%. A l’inverse, lorsque le prix de pommes augmente de 1%, la demande (ou les quantités demandées) baisse de 2%.

Historique

L’interdépendance des données et des flux économiques a été étudiée par quelques auteurs, notamment à la fin du 17e siècle par Charles D’Avenant et Grégory King qui étudiaient la baisse de l’offre de blé qui a eu pour conséquence une inflation croissante de son prix. Mais l’expression “élasticité” apparaît pour la première fois dans l’ouvrage “principes d’économie politique”, livre d’Alfred Marshall paru en 1890.

Les différents types d’élasticité en Economie

Comme on l’a vu dans la définition, il n’existe pas qu’un mais plusieurs types ou manières d’utiliser l’élasticité.

  • L’élasticité-prix de la demande : Elle permet de mesurer l’effet de la variation du prix de 1% d’un bien sur la consommation (ou la demande). On peut l’interprêter de deux manières différentes : Une élasticité-prix inférieure à 0 (ou négative) signifie que lorsque le prix augmente, la consommation baisse. On peut reprendre l’exemple des pommes un peu plus haut. Avec un résultat supérieur à 0, cela signifie que lorsque le prix augmente, la consommation augmente également. Cela se passe en général sur les produits de luxe. Plus la valeur est proche de 0, moins la consommation est sensible à un changement de prix. C’est le cas par exemple des biens indispensables comme l’eau. A l’inverse, plus la valeur est éloignée de 0, plus la consommation sera sensible à une variation de prix (exemple: prix d’un billet d’avion).
Publicités
  • L’élasticité-revenu : Elle permet de mesurer l’effet de la variation de revenu sur la consommation. On la calcule en divisant le taux de variation de la consommation d’un produit ou service par le taux de variation du revenu. Par exemple, si le taux de variation de la consommation de chips est de 4% et que le taux de variation du revenu est de 2%, l’élasticité-revenu est de 2 : 4% / 2% = 2. On peut interprêter ce résultat de 3 façons : Lorsque le résultat est inférieur à 0, cela signifie que lorsque le revenu augmente, la consommation diminue (cas des produits de première nécessité bas de gamme comme les pâtes). Lorsque le résultat est compris entre 0 et 1, cela signifie que lorsque le revenu augmente, la consommation augmente aussi, mais moins vite que le revenu. Enfin, lorsque le résultat est supérieur à 1, cela signifie qu’une augmentation de revenu entraîne un consommation plus élevée par rapport à l’augmentation de revenu. On en revient encore aux produits de luxe.

  • L’élasticité-prix de l’offre : Il s’agit de la capacité de la production à augmenter ou à diminuer en fonction d’une variation du prix. Une élasticité-prix de l’offre égale à 0 signifie qu’une augmentation du prix d’un produit n’entraîne pas l’augmentation de l’offre pour ce produit. Un résultat différent de 0 signifie qu’une variation de prix pour un produit entraîne une variation du volume de production de ce produit.

Les types d’élasticité utilisés en finance :

  • Elasticité de rendement
  • Elasticité du cours d’un titre ou coefficient bêta
  • Elasticité des recettes et dépenses budgétaires à la croissance

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.