La loi de l’offre et de la demande

L

La loi de l’offre et de la demande (loi offre-demande) est l’un des éléments essentiels expliquant le fonctionnement d’une économie de marché. Elle indique comment se concilient, par l’arbitrage pacifique du marché, les intérêts apparemment contradictoires des offreurs (= vendeurs) et des demandeurs (= acheteurs).

La loi de l’offre et de la demande nous montre que, sur n’importe quel marché, il existe toujours un niveau de prix qui supprime la pénurie ou a contrario l’excédent et qui équilibre la quantité offerte et la quantité demandée. Un tel niveau de prix est qualifié d’optimal, parce qu’il maximise les avantages et minimise les inconvénients, pour les vendeurs comme pour les acheteurs. On appelle cela l’équilibre de marché.

Définition :  la demande (loi offre-demande)

La demande désigne la quantité de biens ou de services que les agents économiques souhaitent acheter pour un prix donné.

La demande d’un bien est « fonction du prix », c’est-à-dire que le prix est le principal déterminant de la demande. Si le prix est élevé, les quantités demandées vont être faibles car les demandeurs ne voudront pas acheter à un prix prohibitif. Au contraire, si le prix est bas, les quantités demandées seront importantes car les acheteurs pourront faire de bonnes affaires.

La loi de la demande indique que les quantités demandées sur un marché évoluent dans le sens contraire du prix : si le prix augmente, les quantités demandées diminuent, si le prix baisse, les quantités demandées augmentent.

Définition : l’offre (loi offre-demande)

L’offre désigne la quantité de biens ou de services que les agents économiques souhaitent vendre pour un prix donné.

Comme la demande, l’offre d’un bien est « fonction du prix », c’est-à-dire que le prix est le principal déterminant de l’offre. Si le prix est élevé, les offreurs vont être nombreux, attirés par la possibilité de réaliser des gains importants. Si le prix est bas, au contraire, les offreurs seront dissuadés par des gains faibles voire des pertes.

La loi de l’offre indique que les quantités offertes sur un marché évoluent dans le même sens que le prix : si le prix augmente, les quantités offertes augmentent, si le prix baisse, les quantités offertes diminuent.

loi offre-demande

La loi de l’offre et de la demande consiste à croiser les deux courbes que nous allons voir sur le graphique ci-dessous : la courbe de l’offre et celle de la demande. Ces deux courbes vont se croiser en un point, qui représente la quantité d’équilibre et le prix d’équilibre. Quand le prix d’un bien correspond à l’équilibre, les consommateurs obtiennent la quantité qu’ils souhaitent acheter à ce prix et les producteurs vendent la quantité qu’ils sont disposés à vendre à ce même prix. C’est le prix d’équilibre du marché ou prix de compensation entre offre et demande sur le marché.

Prenons l’exemple des croissants vendus en boulangerie. Sur le graphique ci-dessus la courbe bleue représente la demande  et la courbe orange l’offre. On remarque que lorsque le prix est bas (courbe orange sur le coté gauche à 0,5€), la demande  est élevée (courbe bleue sur le côté gauche à 5) et à l’inverse lorsque le prix est élevé (courbe orange sur le coté droit à 1,5€) la demande est nulle (courbe bleue sur le côté droit à 0). Ainsi le point où les courbes se croisent, le prix d’équilibre, correspond au prix qui convient à la fois aux vendeurs et aux acheteurs.

Autrement dit, sur la partie gauche du graphique, l’acheteur est avantagé car il achète ses croissants à un prix inférieur au prix “normal”. Le vendeur en revanche lui ne veut pas vendre car il ne ferait pas de bénéfice voire vendrait à perte. Sur la partie droite c’est tout l’inverse. Plus le prix monte, plus les vendeurs sont nombreux car ils peuvent faire de gros bénéfices. En revanche les acheteurs se font de moins en moins nombreux car ils trouvent le prix des croissants trop cher.

Le niveau de prix, qui résulte de l’offre et de la demande, détermine un équilibre qui est qualifié de stable, ce qui signifie que si l’on s’éloigne de cet équilibre, des mécanismes automatiques le ramènent vers l’équilibre; c’est ainsi, par exemple, que pour un niveau de prix inférieur à l’équilibre, il existera un excès de demande sur l’offre et cela va provoquer une hausse des prix qui se poursuivra jusqu’au retour à l’équilibre; cette hausse des prix, en particulier, va pousser les producteurs à augmenter l’offre, résorbant ainsi la pénurie potentielle.

Ce mécanisme de rééquilibrage repose naturellement sur la libre variation des prix. En ce sens, le blocage des prix, leur fixation autoritaire par les pouvoirs publics, constituent toujours une aberration économique. Si le prix est fixé à un niveau trop élevé, c’est la surproduction inévitable; c’est par exemple le cas de nombreux produits agricoles, à l’intérieur du marché commun, pour lesquels il existe des prix garantis, qui favorisent une surproduction et créent les excédents que l’on connaît. Un raisonnement identique peut être appliqué au marché du travail, où un salaire minimum trop élevé est créateur de chômage. En sens inverse, si le prix est fixé par les pouvoirs publics à un niveau trop bas (soi-disant pour empêcher l’inflation), c’est l’excès de la demande sur l’offre, c’est-à-dire la pénurie, qui apparaît: l’exemple des loyers bloqués à un niveau artificiellement bas est très significatif de ce phénomène et explique largement les pénuries de logement que l’on a pu observer. Ce type de déséquilibre était encore plus évident dans les économies planifiées, où tous les prix étaient bloqués, et où se développaient les pénuries, les files d’attente ou le marché noir.

A noter que certains produits ou services échappent à la loi de l’offre et la demande. C’est notamment le cas des produits de luxe par exemple, pour lesquels la déterminante d’achat ne sera pas le prix mais plutôt le prestige de la marque.

Loi offre-demande : L’élasticité de la demande

On parle de demande élastique quand la demande varie beaucoup s’il y a évolution du prix, de demande inélastique si une baisse ou une hausse de prix a peu de conséquences sur la demande. Les composants de l’élasticité sont :

L’effet de substitution (si le prix devient prohibitif, par exemple en raison d’une situation de monopole, les acheteurs se tourneront vers des produits de substitution plus abordables ; inversement, si le prix d’un produit devient attractif, les acheteurs auront tendance à délaisser d’autres produits équivalents pour se tourner vers ce produit).

L’effet de revenu (une baisse de prix crée un « revenu » disponible pour de nouveaux achats du même produit, ou pour d’autres produits davantage convoités).

L’effet de participation (une baisse de prix ciblée en direction de nouveaux entrants sur le marché permet d’augmenter la demande globale).

A propos

1 commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Categories

Partager

Articles récents

Visites depuis la création