4 astuces pour bien négocier le prix de son bien immobilier

4

Lors d’un investissement immobilier, on dit souvent que la plus-value se fait à l’achat. Pour compter sur cette plus-value il est en effet préférable de bien négocier son prix et de ne pas compter uniquement sur l’augmentation des prix de l’immobilier qui reste hypothétique. Si augmentation il y a, elle doit être considérée comme un bonus. Pour réaliser cette plus-value dès l’achat, voici 4 astuces vous permettant de bien négocier le prix du bien immobilier ciblé:

Rassembler un maximum d’informations pour négocier le prix

Rassembler un maximum d’informations c’est poser des questions. Vous pouvez questionner l’agent immobilier s’il y en a un, les voisins, les commerçants aux alentours ainsi que le vendeur lui-même. Le but est d’avoir les informations les plus précises possible. Il y a de nombreuses questions à poser. Par exemple, demander au vendeur depuis combien de temps il est propriétaire du bien permet de se faire une idée d’où il en est de son crédit. L’intérêt ? Si le vendeur n’est plus contraint de rembourser la banque lors de la vente, il pourra plus facilement se laisser convaincre par une baisse du prix.

Il faut également se renseigner sur le type de vendeur. Parfois il s’agit d’un héritage ou d’une séparation. Ce que veulent ces personnes en général c’est se débarrasser le plus rapidement possible du bien. Là encore, il est possible de bien négocier. Insistez sur le fait que la vente peut être rapide (vous avez déjà un accord avec une banque pour le financement par exemple).

L’analyse du marché pour négocier le prix

L’analyse du marché doit se faire avant la visite. De cette façon on peut déjà visiter en ayant un prix en tête et le montant maximum que l’on est prêt à dépenser. S’il ne faut pas se précipiter, il ne faut pas non plus prendre trop de temps dans sa réflexion. Il se peut que d’autres acheteurs soient plus réactifs et fassent une offre qui soit acceptée. Dans ce cas il n’est plus possible de se porter acquéreur.

Analyser le marché signifie se renseigner sur les prix pratiqués pour des biens similaires du quartier mais aussi calculer le prix moyen du mètre carré. Cela permet à la fois d’estimer le montant auquel ces biens se vendent et de l’ajuster avec le prix au mètre carré. Des appartements peuvent être similaires et affichés au même prix. Cependant si l’un est moins grand, il est alors plus cher comparé à l’autre.

Noter toutes les améliorations à effectuer pour négocier le prix

Lors de la visite, il est important de vous munir d’une feuille ou d’un carnet pour noter tout ce que vous remarquez, de bien comme de moins bien. Ne vous laissez pas abuser par la décoration (qui a pu être améliorée pour favoriser la vente, on parle de Home staging). Regardez absolument tout, les fenêtres (double vitrage ou non), testez les prises, les sols, n’hésitez pas à demander à bouger des meubles s’il le faut. Parfois on a de mauvaises surprises. Vérifiez si les compteurs sont communs ou individuels. De même, s’il s’agit d’un seul appartement, regardez ce qu’il se passe aux étages supérieurs et inférieurs. Pour cela, empruntez les escaliers et non pas l’ascenceur. De cette façon vous vous rendrez compte de l’état des parties communes.

Le grenier ou les combles sont aussi à visiter s’ils sont accessibles. Vous vous assurerez de l’état de la toiture intérieure et s’il y a ou non des infiltrations ou de l’humidité. Pareil pour la cave. Vous pouvez également demander à un artisan de vous accompagner pour vérifier l’état général si vous n’êtes pas du métier.

Le but étant avant tout de vous faire la meilleure idée possible de l’état du bien. Vous pourrez même utiliser certaines anomalies pour faire baisser le prix.

Proposer un prix bien inférieur à celui affiché

Il est évident que dans les zones tendues, où les biens immobiliers n’ont même pas encore été mis en ligne qu’ils sont déjà vendus. Les agents immobiliers ont prévenu leur réseau d’acheteurs avant de publier l’annonce. Il n’y a donc aucune chance de proposer un prix beaucoup moins élevé. On paye au prix demandé ou on laisse tomber.

Un prix inférieur au marché c’est au moins 30% de moins (par rapport au prix du marché, pas par rapport au prix affiché). Pourquoi ? Proposez un montant proche de celui affiché. Si le vendeur accepte directement, vous regretterez de ne pas avoir proposé moins. Le vendeur se sentira peut-être offensé mais rien ne vous empêche par la suite de remonter votre offre.

Ensuite, il y a certainement des améliorations à apporter (cf. point précédent). Enfin, il faut penser revente dès l’achat afin de se couvrir contre d’éventuelles baisses du marché immobilier.  Les futurs acheteurs voudront eux aussi négocier. En négociant bien dès le début, on se couvre contre ces risques. On encaisse aussi les loyers pendant toute la période de détention du bien.

A lire aussi: Protégez-vous des arnaques dans l’immonilier et Qu’est-ce qu’un bon vendeur et comment l’identifier ?

A propos

1 commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Categories

Partager

Articles récents

Visites depuis la création

SEMrush