Jeremy Salle

janvier 3, 2021

Actionnaire, Actions, Banque, Bourse, Dividendes, ETF, Gagner en bourse, Intérêts

La grande puissance des intérêts composés

Investir en Bourse n’est pas à la portée de tout le monde, puisque de nombreuses personnes ne savent pas comment s’y prendre alors que pour être gagnant ce n’est pas forcément compliqué. Les intérêts composés permettent de se constituer un capital impressionnant sur le long terme. Appelés aussi “effet boule de neige”, ces intérêts composés sont un accélérateur de croissance du capital.

Que sont les intérêts composés ?

Les intérêts composés sont des intérêts (rémunération) produits par des intérêts, qui eux-même produisent ou produiront d’autres intérêts composés, et ainsi de suite. Par exemple, avec un investissement initial de 100€ à 10%, la première année vous obtenez 10€ (100€ x 10/100 = 10€). La seconde année vous n’aurez pas 120€ (10€ de plus par an) mais 121€ puisque les intérêts seront calculés sur le capital de 110€ accumulés l’année précédente grâce aux intérêts de 10€ qui ont eux-même produit des intérêts. En prenant en compte plusieurs dizaines d’années, votre capital augmente lentement au début, puis de façon de plus en plus rapide avec le nombre d’années.

Publicités

Quelques citations sur les intérêts composés

Albert Einstein : “Les intérêts composés sont la huitième merveille du monde, et la plus grande force de l’univers”

Warren Buffett : “Ma richesse vient essentiellement de la combinaison de trois choses : vivre en Amérique, la chance et les intérêts composés”

Etant un des hommes les plus riches de la planète, la fortune de Warren Buffett a connu une augmentation spectaculaire grâce à ses investissements, à l’image d’un investissement générant des intérêts composés.

Richesse de Warren Buffett, en fonction de son âge

Intérêts composés, l’effet boule de neige

Imaginez une petite boule de neige que vous mettez tout en haut d’une montagne et que vous lâchez. Plus la boule va descendre plus elle va accrocher de neige et grossir. Plus elle sera grosse et plus elle grossira.

Pour les intérêts composés c’est le même principe. Le capital investi évolue de manière exponentielle selon deux facteurs :

  • La durée de placement
  • Le taux d’intérêts

Il s’agit donc de capitaliser sur des intérêts où seul le montant investi (au début et/ou mensuellement) aura un impact linéaire sur le capital (à terme). Par exemple, si vous investissez deux fois plus, votre capital à terme sera également deux fois plus important. Plus la rentabilité de l’investissement (taux d’intérêt) et la durée de détention sont importantes, plus l’évolution du capital sera significative. Comme pour la boule de neige, le début de descente (ou ici d’investissement) se fait lentement, mais par contre dans les dernières années le capital évolue très rapidement.

Publicités

Exemple de la puissance de ces intérêts

Intérêts simples

Avec des intérêts simples, les intérêts que vous cumulez ne vous rapportent pas d’intérêts à leur tour. Seul le capital investi produit des intérêts. Par exemple, sur un investissement de 10 000€ à 10%, vous aurez la première année 11 000€ (10 000€ x 10/100 + 10 000€). La seconde année vous aurez 12 000€ (10 000€ x 10/100 +10 000€ + 1000€) et ainsi de suite. Si votre capital n’augmente pas, vous aurez tous les ans 1 000€ d’intérêts.

Intérêts composés

Reprenons l’exemple précédent des 10 000€ de capital, placés à 10%.

La première année, rien ne change par rapport au calcul avec des intérêts simples :

10 000 (votre capital initial) + 1000 (10% de 10 000) = 11 000

C’est dès la deuxième année que l’on voit la différence :

11 000 (les intérêts produits lors de l’année précédente sont ajoutés à votre capital et produisent des intérêts) + 1100 (10% de 11 000) = 12 100.

Au bout de la cinquième année vous aurez 16 105€ alors qu’avec des intérêts simples vous seriez à 15 000€.

Au bout de 10 ans vous aurez 25 937€ contre 20 000€ avec des intérêts simples.

Ce que l’on voit bien dans cet exemple c’est qu’avec le temps les gains s’accélèrent car plus le montant investi est élevé, plus les intérêts réinvestis vont l’être aussi. Et c’est là que l’effet boule de neige se crée.

Par exemple, si vous investissez 500€ par mois sur ce même placement à 10%, au bout de 30 ans vous aurez 1 million d’euros en ayant investi 186 000€.

Comment profiter des intérêts composés sans prise de tête ?

Livrets classiques

Livret A et LDD vous donnent des intérêts composés. Par contre le montant est plafonné à 12 000€ pour le LDD et 22 950€ pour le livret A avec un taux de 0,75%. Autrement dit, ce n’est pas avec cela que vous profiterez au mieux des intérêts composés.

ETF ou trackers

Les ETF, aussi appelés trackers sont des produits financiers qui vont reproduire les variations d’un “sous-jacent” qui est en fait la base de référence. Le sous-jacent peut être une action, un indice, un produit, une devise, bref de nombreuses choses. Si vous investissez par exemple dans un ETF qui prend comme référence le CAC 40 vous achetez en réalité une partie de toutes les actions des entreprises qui composent le CAC 40. Vous touchez donc des dividendes de toutes les entreprises du CAC qui en versent et votre ETF suivra le mouvement de cet indice. Si le CAC 40 monte, la valeur de votre ETF montera également du même pourcentage, s’il baisse, votre ETF baissera également. Les ETF basés sur des indices sont de très bons moyens pour diversifier ses investissements et profiter des dividendes versés. Investir sur 3-4 ETF ayant comme sous jacent des indices comme sur le CAC 40, le S&P 500 ou encore le Nikkei 225 vous permet de diversifier sur des entreprises dont l’activité est différente, mais aussi de diversifier le risque géographique et de change.

Actions à fort dividende

Un autre moyen de profiter pleinement des intérêts composés est de cibler certaines entreprises (stock picking) qui versent régulièrement de gros dividendes. L’idéal étant d’avoir des dividendes mensuels ou trimestriel, mais de gros dividendes annuels sont bien aussi. Comme on ne sait pas de quoi demain sera fait il vaut mieux encaisser un maximum de dividende dans l’année plutôt que d’attendre le versement de la totalité en une seule fois. Personnellement je préfère encaisser de manière sûre 3 trimestres de dividendes plutôt que d’espérer que tout se passe bien dans un an pour toucher l’intégralité des dividendes versés. Si pour une quelconque raison l’entreprise ne verse pas de dividendes j’aurais au moins eu quelques trimestres ou quelques mois de dividendes.

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
%d blogueurs aiment cette page :