Monopole et oligopole sont deux termes économiques étroitement liés qui concernent la position dominante d’un ou plusieurs acteurs sur un marché. Cette position leur permet de fixer les prix de leur choix et de maximiser leur profits au dépens du consommateur.

Définition du monopole et de l’oligopole

Ces deux termes sont empruntés au grec ancien. Monopole vient de “Monos” qui veut dire seul, et de “polein”, qui signifie vendre. Il désigne la situation d’un marché dans lequel se trouvent plusieurs acheteurs mais un vendeur unique. Ce dernier ne subit pas la concurrence d’autres acteurs et se retrouve libre de fixer les prix qu’il souhaite. Il n’y a pas de concurrence pure et parfaite, et la loi de l’offre et de la demande ne s’applique pas. Son opposé, c’est à dire un marché où il n’y a qu’un seul demandeur face à un grand nombre de vendeurs s’appelle un monopsone.

Oligopole vient du grec ancien “oligos”, qui veut dire petit nombre, et de “polein” qui signifie vendre. Il désigne un marché caractérisé par un petit nombre de vendeurs face un une multitude d’acheteurs.

Historique du monopole

La situation monoplistique d’un acteur n’est pas nouvelle. On peut remonter à l’époque féodale où la mise à disposition exclusive d’équipement (moulin, terres, outillage, …) par le seigneur, lui permet de percevoir des redevances. Au moyen-âge, les corporations de métiers (ébéniste, menuisier, maçon, bûcheron, …) assure la formation uniquement à leurs apprentis et à leurs employés. A l’époque classique, le gouvernement octroie des monopoles temporaires à certains opérateurs (aujourd’hui comparable aux brevets sur des innovations). Au niveau du commerce, certaines compagnies de commerce nationales obtiennent l’exclusivité de l’échange de certains produits (comme les fourrures par exemple), ou le fait de pouvoir traiter seules avec certaines régions ou peuples (comme avec les indiens par exemple).

Les différents types de monopole

Ce terme économique regroupe différentes formes de position dominante où les acteurs décident librement des prix de ventes mais avec des motivations différentes.

  • Au delà de la définition d’un monopole “traditionnel”, on parle également de quasi-monopole lorsqu’un vendeur domine très largement le marché. On peut par exemple citer Intel et leur cartes graphiques qui équipent la plupart des ordinateurs.
  • Le monopole privé est une situation monopolistique où le vendeur contrôle le prix de vente et peut le modifier en adaptant sa production.
  • Dans le monopole public, les prix sont déterminés par l’Etat afin par exemple de permettre à des populations défavorisées d’accéder à certains produits.
  • Le monopole légal est fixé par la loi ou par un organisme de réglementation et permet de restreindre la concurrence pour atteindre des objectifs politiques comme la sécurité, la solidarité, l’aménagement du territoire. Les anciennes sociétés publiques comme la SNCF, EDF ou la Poste en sont le parfait exemple. Les brevets qui servent à protéger une innovation sont aussi un exemple de monopole légal.
  • Le monopole naturel provient de l’existence d’économie d’échelle qui permettent à une entreprise unique de fournir l’ensemble du marché, tout en étant plus compétitive que si elle avait des concurrents. Il s’agit souvent de services publics qui nécessitent de lourdes infrastructures comme les chemins de fer. En général les coûts fixes sont énormes et bien plus importants que les coûts variables, ce qui empêche de nombreuses entreprises à venir faire concurrence.
  • Le monopole local correspond à une entreprise ayant une situation de monopole dans une zone géographique restreinte. Par exemple, une boulangerie dans un village isolé.

Il existe d’autres types de “pole” comme le duopole caractérisant deux acteurs ayant une situation monopolistique sur un marché; un cartel, qui caractérise une entente illicite entre plusieurs entreprises d’un même secteur afin de limiter la concurrence, de contrôler le marché et de maximiser les profits; ou encore un monopole bilatéral où il n’y a qu’un seul vendeur pour un seul acheteur.

Publicités

Les conséquences du monopole

Une entreprise ou un Etat en situation de monopole détermine le prix. On dit qu’il est un monopoleur, ou un price/market maker. Son ou ses clients n’ont pas le choix de se tourner vers la concurrence pour obtenir un produit similaire ou un produit de substitution car il n’y a pas de concurrent.

L’entreprise en situation monopolistique fixe le prix qu’elle souhaite. Si la demande se contracte (devient moins importante), elle peut choisir de réduire sa production et augmenter le prix en en faisant un produit plus rare. A l’inverse, si la demande s’intensifie, elle peut augmenter sa production, réaliser des économies d’échelle et faire baisser ses prix, tout en maintenant ou non ses marges.

Il est très difficile de déterminer une situation monopolistique.

Actions contre les situations monopolistiques

Afin de lutter contre ce genre de situations, certains Etats ou certaines zones économiques ont mis en place une série de mesures.

L’Union Européenne par exemple ne sanctionne pas le monopole, mais uniquement son abus. Elle définit l’abus de position dominante comme incompatible avec le marché commum et est donc interdit, puisque le commerce entre les Etats membres peut en être affecté. La comission européenne adresse des injonctions pour cesser l’abus de position dominante, et inflige des amendes.

Aux Etats-Unis, pays ultralibéral, les lois antitrust découlent des années 1890 avec le “Sherman antitrust act”. Elles visent à éliminer certaines entraves à la concurrence afin de laisser le marché fixer lui-même les prix en fonction de l’offre et la demande. Ces lois n’interdisent pas les situations de monopole, mais uniquement celles acquises par des moyens déloyaux. Elles interdisent par contre les ententes entre entreprises souhaitant fixer des prix. Les entreprises en question risquent une restructuration voire leur démantèlement. Le cas le plus célèbre est le démantèlement de la Standard Oil de Rockefeller en 1911.

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.