Covid-19 aussi appelé coronavirus, est à l’origine d’une crise sanitaire mondiale, qui entraîne un krach boursier qui touche toutes les places financières mondiales. Au delà de l’aspect sanitaire, le krach boursier coronavirus peut-il être plus violent que les crises des subprimes de 2008 et du krach des dotcoms du début des années 2000 ? Est-ce la fin de l’investissement boursier ou alors une réelle opportunité d’achat ?

Qu’est-ce qu’un Krach Boursier ?

Un Krach boursier se caractérise par un effondrement brutal, inévitable et spectaculaire des cours de Bourse et plus généralement des valeurs mobilières, au cours d’une ou de plusieurs séances. On utilise en principe le terme “Krach Boursier” lorsque les cours dévissent (ou perdent) au moins 20% en l’espace de quelques jours.

Avec l’informatisation des bourses mondiales, l’interdépendance des Economies, et les algorythmes de trading, il suffit qu’une tendance baissière commence pour qu’elle soit amplifiée très rapidement et violemment.

On dit en général que les Krach boursiers sont cycliques, c’est à dire qu’ils reviennent plus ou moins tous les 8 à 12 ans. Entre 2000 et 2020 nous avons eu 3 krach boursiers : en 2001, en 2008 et en 2020. Le prochain pour 2029 ?

Publicités

Comparaison krach boursier coronavirus avec crise des subprimes et crise des dotcoms

Krach boursier coronavirus
3 crises en 20 ans !! Graphique adapté de boursorama

Crise des dotcoms début des années 2000

L’enthousiasme vis à vis des nouvelles technologies a créé une bulle spéculative. Les entreprises de technologies faisaient régulièrement d’énormes levées de fonds réussies et ont de ce fait encouragé d’autres investisseurs à faire pareil. Certaines ont été surévaluées et de nombreuses entreprises ont fait faillite. Seules quelques grosses entreprises ont survécu, dont la plus importante est amazon.

Crise des subprimes en 2008

Le crédit immobilier américain a été facilité par les autorités car avec les prix de l’immobilier qui grimpent, on pense pouvoir faire une plus-value à la revente quoi qu’il arrive (=emprunt indexé sur la valeur future du bien). De nombreux emprunts toxiques sont mélangés à d’autres titres (=titrisation) qui ont été achetés par des banques, des assurances, … et lorsque la bulle immobilière a éclaté, l’éffondrement des Economie et des bourses s’est propagé aux monde entier. Le début de cette crise est marquée par la Faillite de la plus grande banque d’affaires du monde Lehman Brother. Elle déclenchera par la suite une crise de la dette dans le monde.

Crise du coronavirus en 2020

Il s’agit d’une crise sanitaire mondiale qui a démarré en Chine en 2019 et s’est rapidement propagée dans le monde. Résultat, les entreprises renvoient les salariés chez eux (télétravail pour ceux qui le peuvent ou chômage partiel pour d’autres). Les marchés paniquent du fait que l’Economie tourne au ralenti et que les entreprises feront moins de bénéfices donc moins de dividendes seront distribués. Les investisseurs vendent pour limiter leurs pertes et font de ce fait s’écrouler les Bourses mondiales.

Nous avons donc eu 3 crises majeures en l’espace de 20 ans. Chacune d’elle a des origines différentes mais les conséquences financières sont similaires voire de plus en plus graves.

Krach boursier coronavirus, une belle opportunité ?

Chaque crise ou chaque krach boursier apporte son lot de personnes contentes et d’autres mécontentes. Le krach boursier coronavirus n’échappe pas à la règle. Certains se morfondent en se demandant pourquoi le sort s’acharne sur eux parce qu’ils ont peut être perdu leur emploi, peut être qu’ils ont été infecté par le virus, peut-être qu’ils nont pas assez de réserves alimentaires… les raisons peuvent être multiples. D’un autre côté il y a ceux qui se réjouissent de ces évênements, pas forcément de la crise sanitaire puisqu’elle impacte la santé de nombreuses personnes, mais plutôt de la crise financière qu’elle engendre. En effet, l’effondrement des cours de Bourse donnent à certains la possibilité d’acheter des actions de grandes entreprises à bas prix. Il y a quelques mois encore, quand les cours étaient au sommet, ils pouvaient éventuellement acheter des titres, mais en moins grande quantité.

Il y a à peine un mois (en février 2020), le CAC 40 atteignait un nouveau plus haut à 6111 points. Aujourd’hui à la séance du 18 mars 2020, il est retombé à son niveau de juin 2013 à 3755 points. Regardez un peu le tableau ci-dessous :

Safran : -23% aujourd’hui et -61% depuis le 1er janvier 2020, Airbus : -23% aujourd’hui et -62% depuis le 1er janvier 2020, STmicroelectronics : -14% aujourd’hui et -42% depuis le 1er janvier 2020, Total : -13% aujourd’hui et -56% depuis le 1er janvier 2020, Peugeot : -13% aujourd’hui et -55% depuis le début de l’année 2020, Thalès : -11% et -40% depuis le début de l’année 2020, Vinci : -11% et -42% depuis début 2020, etc. Toutes ces grosses entreprises, de même que d’autres non citées, peuvent aujourd’hui s’acheter à moindre coût. C’est une occasion rare d’acquérir des titres de grande valeur à prix cassés. En plus de cela ces entreprises versent historiquement des gros dividendes ce qui dynamisera notre portefeuille en plus de la remontée des cours.

Krach boursier coronavirus, attention à ne pas acheter trop tôt

Attention surtout à ne pas acheter trop tôt, à prendre peur et à vouloir vendre à perte pour limiter la casse dans quelques semaines. L’investissement en actions doit être un investissement long terme pour ces valeurs de bon père de famille. Je m’attends personnellement à ce que les Bourses continuent encore un peu leur chute avant de se stabiliser puis de repartir à la hausse. J’ai déjà renforcé mon portefeuille de quelques unes des valeurs que j’avais déjà en portefeuille pour faire baisser mon prix de revient unitaire (PRU). Je suis en négatif, c’est à dire que si je vends maintenant, les actions que je viens d’acheter, j’aurais perdu de l’argent. Peu m’importe puisque j’investis sur le long terme. Il me reste suffisamment de trésorerie pour attendre encore que les cours baissent et en racheter à nouveau. Et si les cours remontent, je continuerai à acheter mais en moins grande quantité puisque j’investis chaque mois le même montant.

Mon conseil si vous souhaitez investir vous aussi ou renforcer des positions : Attendez encore un peu que les cours baissent et achetez progressivement quelques actions pour éviter de rater le coche. Les cours vont se stabiliser à un moment donné puis certainement repartir doucement à la hausse. C’est à ce moment là qu’il faudra investir le plus. Vous n’achèterez pas au plus bas mais pas loin et au moins vous profiterez de la hausse dans les mois et années à venir en plus des dividendes qui seront croissants. Ils risquent de ne pas être élevés lorsque la crise sera terminée mais augmenteront année après année.

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.