L’indice Big Mac

L

Créé en 1986 par le magazine britannique The Economist, l’indice Big Mac est publié chaque année dans le but de comparer le coût de la vie dans différents pays. Pour ce faire, le magazine a pris comme sujet d’étude le Big Mac, célèbre hamburger de Macdonald’s qui est présent dans la plupart des pays. Cette étude porte un nom, l”indice Big Mac !

Qu’est-ce que l’indice Big mac ?

Afin de comparer les prix d’un produit dans le monde entre eux, celui-ci doit être globalement identique. Ainsi, le Big Mac a été choisi pour mener cette étude comparative puisque le hamburger phare de Macdonald’s est globalement le même quel que soit le pays où on se trouve.

Chaque année à une date précise, le magazine The Economist fait un relevé des prix du Big Mac dans tous les pays étudiés et les compare entre eux. Le prix du sandwich est exprimé en dollars Américain (USD) afin de comparer leurs différences. Pour cela, les prix locaux sont convertis en fonction du “coût” de la monnaie locale (On parle de taux de change, par exemple: EUR/USD = 1,17362, c’est à dire que pour 1 € on obtient $1.17362) par rapport au dollar Américain à un moment donné.

Exemple: Imaginons que le prix d’un Big Mac aux Etats-Unis est de $4,75. En France, il vaut 5,95€. Pour avoir le prix d’un Big Mac français en dollars Américain on divise son prix en euro par le taux de change EUR/USD. Si le taux de change est de 1,17362 alors le prix du Big Mac français en dollars est de 5,95€/1.17362 = $5,069. Le Big Mac est donc plus cher en France qu’aux Etats-Unis.

Indice Big Mac
Relevés du prix du Big Mac dans différents pays à un moment T

L’indice utilise la théorie de la Parité du Pouvoir d’Achat (PPA). D’après cette théorie, le prix d’un même bien devrait être similaire partout dans le monde. Si ce n’est pas le cas, cela signifie que la parité n’est pas correcte et qu’une monnaie est sous-évaluée ou surévaluée par rapport à une autre. Dans l’exemple précédent, le dollar est donc sous-évalué par rapport à l’euro.

Méthode de calcul de l’indice Big Mac

Pour mener cette étude, The Economist fait un relevé des prix du sandwich à un moment donné au cours de l’année dans les différents pays étudiés. Tous les prix relevés sont convertis en dollars américains, selon les taux de change en vigueur. Afin d’établir un taux de change « implicite », selon le magazine britannique, le prix (dans la devise d’origine) du Big Mac dans chacun des pays est simplement divisé par le prix du sandwich aux Etats-Unis. Ce taux de change « implicite » est comparé avec le taux de change en vigueur. Si le taux de change « implicite » calculé pour un pays est supérieur au taux de change en vigueur entre le dollar américain et la devise de ce pays, cela signifie que la monnaie de ce pays est surévaluée par rapport au dollar américain.

D’après les données mises à disposition par The Economist, au 1er juillet 2018, « un sandwich Big Mac coûte en moyenne 5,51 dollars américains aux Etats-Unis contre 4,04 euros en moyenne dans la zone euro ». Selon la méthode de calcul de l’indice, le taux de change             « implicite » est de 1,36 (5,51 / 4,04 = 1,36). La différence entre ce taux de change « implicite » et le taux de change en vigueur (1,17) suggère que le dollar est surévalué de 16,3 % (1,36 / 1,17 = 16,3%) par rapport à l’euro. Un Big Mac coûterait donc 16 % plus cher aux Etats-Unis (4,70 euros) que dans la zone euro (4,04 euros), selon les taux de change en vigueur.

Selon l’indice Big Mac, le dollar était sur-évalué d’environ 16 % par rapport à l’euro en juillet 2018.
En suivant cet indice, il faudrait qu’un euro s’échange contre 1,36 dollar américain pour que le Big Mac coûte le même prix dans la zone euro et aux Etats-Unis. Cependant, en juillet, un euro s’échange contre 1,17 dollar américain. L’euro est donc sous-évalué d’environ 16 % par rapport au dollar américain.

Utilité de l’indice Big Mac

L’Indice Big Mac correspond à la théorie de la parité du pouvoir d’achat développée par le magazine britannique The Economist en 1986. Selon cette théorie, la comparaison entre le prix du même hamburger entre deux pays permet de savoir si une monnaie est surévaluée ou au contraire, sous-évaluée en comparaison avec le dollar américain. Le Big Mac est composé de la même manière partout dans le monde ce qui permet de comparer à l’échelle internationale. Cet indice donne aussi la possibilité de comparer le coût de la vie entre différents pays.

Pour nous citoyens français, l’intérêt de cet indice basé sur le Big Mac est de comparer notre pouvoir d’achat lorsque l’on se rend à l’étranger. Avant de partir en voyage dans un pays de la liste étudiée, en comparant le prix du Big Mac avec celui de votre pays vous pourrez voir si votre pouvoir d’achat sera supérieur ou inférieur dans ce pays de destination. Le prix de vos vacances peut très rapidement être plus ou moins élevé selon le pays dans lequel vous vous rendez.

L’intérêt d’une monnaie sous-évaluée est de proposer des prix relatifs plus bas et donc de faciliter l’exportation de biens. A l’inverse, cela est pénalisant lors de l’importation de biens comme le pétrole ou autres matières premières car le prix de celles-ci s’en retrouvent plus élevé à cause du taux de change. Cela permet également d’attirer des touristes étrangers car ils pourront acheter plus de biens et de services avec la même quantité de monnaie.

Exemple: Un touriste européen se rend aux Etats-Unis. Le taux de change Euro-Dollar (EUR/USD) est de 1.17362. Ainsi, avec 1€ un touriste Européen peut acheter des biens ou des services pour l’équivalent de 1.17362 dollars.

Limites et critiques de l’Indice Big Mac

L’indice Big Mac est considéré comme un indicateur sérieux pour comparer les monnaies entre elles ; il a notamment fait l’objet d’une dizaine de travaux universitaires. Cependant, la précision de cet indicateur est critiquée. La raison principale vient du fait qu’il ne prend pas en compte les différences de coûts du travail entre les pays les plus riches et les pays les plus pauvres, où les salaires sont plus bas. L’indice Big Mac en tant qu’outil de calcul du pouvoir d’achat possède des limites au sens où il prend en compte l’interaction des monnaies de différents pays.

Ainsi, si dans un pays le prix du Big Mac a évolué, en termes de monnaie locale, autant qu’aux États-Unis, mais que le cours de cette monnaie a fortement monté ou baissé par rapport au dollar américain, cela se répercutera sur l’indice Big Mac, alors qu’en réalité le pouvoir d’achat réel n’aura pas évolué.

Exemple: Un Big Mac coûte 5,95€ en France et $4,75 aux Etats-Unis. Disons que l’entreprise Macdonald’s décide d’augmenter mondialement ses prix de 10%. Le prix du sandwich en France serait alors de 6,5€ (5,95€*10%+5,95€= 6,5€) et de $4.95 ($4,75*10%+$4,75 = $5,22) aux Etats-Unis. Si dans le même temps le taux de change évolue à la hausse (exemple: EUR/USD = 1,22381 au lieu de 1,17362) alors la différence serait la suivante:

Prix en dollars du Big Mac en France: 6,5€/1.22381 = $5,3 < Prix en euros du Big Mac aux Etats-Unis: 5,22*1,22381 = 6,38€

En revanche, si la paire EUR/USD baisse et se retrouve par exemple à 1.13566 la différence serait la suivante:

Prix du Big Mac en France en dollar Américain: 6,5€/1,13566 = $5,72 > Prix du Big Mac aux Etats-Unis en euro: 5,22*1,13566 = 5,93€

La pertinence de cet indicateur est remis en question par des économistes car il ne prend pas non plus en compte les politiques commerciales des différents pays, ni les différences culturelles qui influent sur la demande du produit en question ce qui peut augmenter ou réduire les marges locales et la politique des prix du Big Mac (marché en expansion, marché mature…)

Pour répondre à ces critiques, The Economist met à disposition, depuis 2011, un indice corrigé prenant en compte le produit intérieur brut (PIB) par habitant. En comptabilisant la différence de PIB par habitant entre les deux zones géographiques étudiées, le Big Mac devrait coûter 22 % de moins aux Etats-Unis (4,30 dollars américains contre 5,51 avec la première méthode), et le dollar serait ainsi sous-évalué de 5 % par rapport à l’euro, d’après l’étude du magazine.

Malgré l’ajustement, cet indice reste fragile car tous les pays n’appliquent pas la même fiscalité à ce produit. De même, les us et coutumes par rapport à la restauration rapide diffèrent selon les régions du monde. De plus, la politique commerciale de la multinationale américaine, applique vraisemblablement des taux de marges différents selon le pays où est implantée la franchise.

Autres outils de comparaison du niveau de vie

D’autres outils existent pour comparer le niveau de vie entre les pays. L’édition 2018 de l’étude intitulée « Prices and Earnings », de la banque d’investissement UBS AG, permet de connaître le nombre d’heures de travail qu’un employé moyen doit effectuer pour s’offrir un Big Mac ou un iPhone X dans soixante-dix villes à travers le monde. D’autres outils comparent les salaires net horaire d’un employé de chez Macdonald’s de différents pays. L’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) dispose d’un outil statistique permettant de mesurer les différences de pouvoir d’achat entre les trente-six pays membres de l’organisation internationale.

A propos

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Categories

Partager

Articles récents

Visites depuis la création

SEMrush