Le logiciel en tant que service ou Software as a Service (SaaS) est un modèle d’exploitation commerciale des logiciels dans lequel ceux-ci sont installés sur des serveurs distants plutôt que sur la machine de l’utilisateur. Les clients ne paient pas de licence d’utilisation pour une version, mais utilisent librement le service en ligne ou, plus généralement, payent un abonnement.

Les principales applications actuelles de ce modèle sont :

  • le gestionnaire de relation client (CRM)
  • Les solutions de création de site e-commerce
  • la visioconférence
  • la gestion des ressources humaines
  • les communications unifiées
  • la messagerie et les logiciels collaboratifs.

Le logiciel en tant que service (SaaS) est donc la livraison conjointe de moyens, de services et d’expertise qui permettent aux entreprises d’externaliser intégralement un aspect de leur système d’information (messagerie, sécurité, web-marketing, hébergement de fichier numérique…) et de l’assimiler à un coût de fonctionnement (OPEX pour OPerational EXpenditure) plutôt qu’à un investissement (CAPEX pour CAPital EXpenditude). Le contrat de services est essentiel pour définir le niveau de qualité de service (SLA). Le logiciel en tant que service (SaaS) peut être vu comme l’équivalent commercial de l’architecture orientée service (SOA).

Publicités

Avantages et inconvénients


Les solutions logicielles en tant que service (SaaS) sont principalement développées à destination d’entreprises. Depuis quelques années le marché des SaaS est en très forte croissance. Les logiciels en tant que service (SaaS) présentent pour les entreprises divers avantages et inconvénients.

Avantages


L’utilisation de solutions logicielles en tant que service (SaaS) en entreprise permet un meilleur contrôle des charges techniques. L’ensemble des solutions techniques étant délocalisées le coût devient fixe, généralement fonction du nombre de personnes utilisant la solution SaaS, notamment via des licences. Le prix par utilisateur englobe le coût des licences des logiciels, de la maintenance et de l’infrastructure. Il revient à l’entreprise utilisatrice de faire son choix entre utilisation en SaaS, d’une part, et acquisition des licences puis déploiement en interne, d’autre part.

Le SaaS présente l’avantage d’un impact budgétaire et financier plutôt moindre. Les coûts totaux d’acquisition et de maintenance de la solution (TCO, Total Cost of Ownership) s’avèrent moyens, contrairement à une acquisition traditionnelle de licence qui est généralement passée en immobilisation (CAPEX, hors maintenance).

Un avantage manifeste pour les entreprises est la rapidité de déploiement lorsque le logiciel SaaS correspond exactement au besoin (et qu’il ne nécessite aucune adaptation). Les solutions SaaS étant déjà pré-existantes le temps de déploiement est extrêmement faible. Il s’agit donc d’un gain de temps non négligeable.

Un autre avantage pourrait être de réduire la consommation électrique en permettant la mutualisation des ressources sur des serveurs partagés par plusieurs entreprises (architecture multi-tenant) ainsi que l’usage d’un ordinateur à faible consommation muni d’un simple navigateur Web sans autres licences associées. L’inconvénient associé à cette solution serait la sécurité des données et la discrétion (confidentialité) notamment pour des entreprises innovantes.

Inconvénients


Lors de la mise en place de solutions SaaS, les données relatives à l’entreprise cliente sont, généralement, stockées sur les serveurs du prestataire fournissant la solution. Lorsqu’il s’agit de données sensibles ou confidentielles, l’entreprise est obligée de prendre des dispositions contractuelles avec le fournisseur.

Le niveau de confidentialité des données ou des documents dépend de la législation du pays de l’hébergeur contraignant les entreprises désireuses de confier leur données à ne s’adresser qu’à des sociétés certifiées dans leur espace économique.

La délocalisation des serveurs de la solution SaaS permet également un accès nomade aux données de l’entreprise. Cet accès entraîne un souci de sécurité de l’information lors du départ de collaborateurs. Il est indispensable d’avoir mis en place des procédures permettant, lors d’un départ, de supprimer l’habilitation de l’ancien collaborateur à accéder aux données de l’entreprise.

Par ailleurs, l’intégration des applications SaaS entre elles ainsi qu’avec les autres applications du système d’information, hébergées dans les centres de données de l’entreprise, figure parmi les principaux handicaps du SaaS. De nouveaux profils d’acteurs apparaissent pour répondre à cet enjeu à travers des plates-formes applicatives de type PaaS (Platform as a Service) fournissant des briques complémentaires ou des API (Application Programming Interface) permettant à ces applications de dialoguer entre elles.

Il est également important d’adapter son plan de continuité de l’activité à l’intégration de solutions SaaS ainsi que de prévoir les divers scénarii possibles en cas de problèmes avec le prestataire de la solution SaaS.

En termes de contrôles internes, il est recommandé que le prestataire de service fournisse un certificat de type SSAE16 (Statement on Standards for Attestation on Engagement n°16) à son client afin de garantir de la bonne qualité de son propre système de contrôles internes. Le cas échéant, le client doit prendre des mesures compensatoires comblant les manquements de son fournisseur de service.

Les migrations informatiques peuvent être compliquées puisqu’il faut basculer les données de la plate-forme d’un fournisseur vers celle d’un autre, avec divers problèmes associés (compatibilité, apparence pour le client, graphismes, etc.). Dans le cadre du SaaS, le client se trouve lié à son fournisseur et peut en être dépendant.

Le même service nécessite le fonctionnement de deux ordinateurs (client/prestataire) au lieu d’un seul. Cela peut augmenter la consommation électrique, notamment lorsque l’on utilise un poste client à forte consommation et un serveur non mutualisé. Il y a également un troisième acteur, c’est le fournisseur d’accès internet (FAI) car c’est lui qui assure la communication entre le client et le prestataire, donc une ligne hors service est égale à l’arrêt total de l’activité de la société d’où la nécessité de se procurer des lignes redondantes avec un débit minimal fixe assuré par l’opérateur télécom (Orange, SFR, Bouygues, Numéricâble, Free, …)

Bien entendu ces solutions nécessitent de disposer d’un accès Internet ce qui est loin d’être le cas pour les clients nomades se déplaçant dans des régions non couvertes ou avec une couverture médiocre. S’équiper d’une clé 4G ou plus peut être une solution.

Types de fournisseurs


Il y a typiquement quatre formes d’entreprises ASP (Application Service Provider) :

  • ASP spécialiste ou fonctionnel : fournit une application seule, comme le processus de paiement par carte de crédit ;
  • ASP vertical : fournit une solution sous forme de package pour un type de clients spécifiques comme les dentistes ;
  • ASP entreprise : fournit un spectre complet de solutions ;
  • ASP local : fournit aux PME des services dans une zone géographique limitée.

Comment fonctionne le SaaS ?

Le SaaS est étroitement lié aux modèles de livraison de service de logiciel ASP (Application Service Provider) et informatique à la demande. Le modèle de gestion d’ application SaaS hébergé est similaire à l’ASP. Dans les deux cas, le fournisseur héberge le logiciel du client et le délivre aux utilisateurs finaux via internet.

Avec le modèle de Logiciel à la Demande, le fournisseur offre aux clients un accès basé sur le réseau à une simple copie d’une application spécifiquement créée par le fournisseur pour la distribution Software as a Service. Le code source de l’application est le même pour tous les clients. Quand de nouvelles fonctionnalités sont déployées, tous les clients peuvent en profiter.

En fonction du niveau de service, les données du client peuvent être stockées localement, sur le Cloud, ou les deux à la fois. Les entreprises peuvent intégrer des applications à d’autres logiciels en utilisant des API. Par exemple, une entreprise peut développer ses propres outils logiciels et utiliser l’API du fournisseur de service pour intégrer ces outils à l’offre.

Quelles sont les applications du SaaS ?


On dénombre des applications SaaS pour les technologies fondamentales des entreprises, comme les emails, la gestion de ventes comme Systeme.io  par exemple, la gestion de relations client (CRM), la gestion des finances, la gestion des ressources humaines, la facturation et la collaboration. Il ne faut pas oublier l’apparition de ce modèle d’application SaaS dans le jeu vidéo (Gaming as a Service) et surtout dans l’Internet des Objets qui se base sur cette infrastructure logicielle afin d’organiser les données récoltées depuis des milliers de capteurs.

Pourquoi le SaaS est désormais accessible à tous ?


En 10 ans, le marché du SaaS a beaucoup évolué. Au commencement, personne n’était vraiment certain de la pertinence de ce modèle. Nul n’était sûr que les entreprises accepteraient de payer un abonnement pour accéder à un logiciel, et les banques avaient peur des risques.

Désormais, ce manque de certitudes a totalement disparu. De même, les prix ont baissé et la mise en place est beaucoup plus facile. Cependant, il est toujours nécessaire de proposer des logiciels de qualité à un prix raisonnable pour se démarquer sur le marché des SaaS. De nos jours, les formules tout en un à abonnements mensuels sont un des business model des plus rentables.

Comment les SaaS changent le travail des équipes informatiques dans les entreprises ?


Selon les professionnels de l’informatique, les Software as a Service changent leur travail au sein de l’entreprise. On pourrait penser que l’externalisation des applications leur rend la tâche bien plus facile. Toutefois, même si les applications hébergées n’ont pas besoin d’autant d’attention, le travail d’intégration reste conséquent. De plus, les entreprises tendent à adopter davantage d’applications lorsqu’elles se tournent vers les SaaS, ce qui augmente la charge de travail d’intégration. En outre, si l’application hébergée sur le cloud rencontre un problème, c’est à l’informaticien de prendre le relais.

Face à l’essor des SaaS, les professionnels IT doivent songer à la façon dont leur métier s’en trouve transformé. Les logiciels on-premise sont de moins en moins adoptés, contrairement aux SaaS.

SaaS ou IaaS, quelle est la meilleure option ?

Les IaaS (Infrastructures as a Service) sont souvent le premier choix des entreprises qui souhaitent déplacer les données de leur data center vers le cloud. Dans la pratique toutefois, les SaaS peuvent se révéler plus avantageuses. Les logiciels en tant que service sont très utiles pour les applications qui n’offrent pas d’avantage compétitif, et ces solutions sont de plus en plus nombreuses sur le marché. En utilisant les SaaS pour certaines applications, l’entreprise peut économiser des ressources informatiques, et se débarrasser des contraintes de maintenance.

Bien entendu, le choix entre IaaS et SaaS dépend de l’activité principale de l’entreprise. Le dernier modèle cité est utile pour les firmes qui souhaitent déléguer des charges de travail à un vendeur, surtout si elles n’ont pas d’employés qualifiés en interne. De même, si une entreprise souhaite simplement utiliser une application sans y apporter de changement, elle peut se contenter de l’installer sur son infrastructure cloud. Si toutefois elle souhaite la mettre à jour ou la modifier, les SaaS peuvent être une solution plus adaptée pour éviter d’avoir à réécrire tout le code.

La migration d’applications vers le cloud, délaissée depuis quelque temps, revient en force pour les entreprises qui souhaitent externaliser des applications difficile à gérer et à maintenir comme SAP et Oracle. Les IaaS étaient initialement le choix le plus populaire, mais nécessitent la présence de professionnels capables de gérer les serveurs, de choisir les systèmes d’exploitation, de charger les applications, de gérer la sécurité et d’effectuer les mises à jour. Le SaaS est donc plus adapté pour certaines entreprises.

Plusieurs applications SaaS comme Salesforce, Gmail et Office 365 sont si couramment utilisées que les entreprises sont en confiance et n’ont plus de réelle raison de ne pas s’en remettre à elles. De même ce marché est devenu si robuste que les vendeurs d’applications qui n’ont pas de stratégie dans ce domaine peinent à décoller. Ainsi, même si le marché des IaaS semble destiné à une forte croissance, il serait faux de penser que ce marché est en passe d’être relégué au second plan.

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.