Qu’est-ce qu’un compte de résultat ?

février 21

0 commentaires

Jeremy Salle

février 21, 2021

Analyse financière, Bilan comptable, Comptabilité, Comptabilité analytique, Compte de résultat, Entrepreneuriat, Outils du web entrepreneur, SIG, Soldes Intermédiaire de gestion

Qu’est-ce qu’un compte de résultat ?

Le compte de résultat est un document comptable où l’on retrouve le détail des produits générés (Comptes de classe 7) et des charges consommées (Comptes de classe 6) d’une entreprise au cours d’un exercice comptable. Il reflète l’activité économique de l’entreprise et permet d’obtenir le résultat net (différence entre les produits et les charges). On sait alors si l’entreprise a fait un bénéfice ou un déficit. Le compte de résultat est utilisé pour calculer les soldes intermédiaires de gestion (SIG).

La structure du compte de résultat

Un compte de résultat contient deux principaux éléments: les produits et les charges. Un produit correspond à une recette (ventes), et une charge correspond à une dépense (achats de marchandises ou de services, exemple: l’achat d’articles de vêtements de sport pour un commerce d’achats-ventes d’articles de sport ou pour l’achat de services, l’exemple d’une coupe de coiffure dans un salon, prestation immatérielle, seulement déductible fiscalement pour certaines activités où l’image fait partie intégrante de la notion fiscale de charges engagées  génératrices de revenus).

La nature des produits et des charges contenus dans le compte de résultat peut se décliner en trois classes : l’exploitation, le financier, l’exceptionnel. Ainsi, la constitution du compte de résultat final se détermine par la somme des résultats d’exploitation, financiers et exceptionnels.

Le Résultat d’exploitation

Il s’agit du résultat issu de l’activité courante de l’entreprise. Il est obtenu par la différence entre le chiffre d’affaires (ventes de marchandises, prestations de services) et les charges afférentes (consommation de matières premières, charges de personnel, les impôts, les taxes et autres charges externes). Un résultat d’exploitation insuffisant implique une mauvaise maîtrise des coûts ou un chiffre d’affaires insuffisant pour répartir les charges fixes (loyers/assurance/etc…). La solution consiste à augmenter le chiffre d’affaires, ou à diminuer les charges, ou idéalement combiner ces deux solutions.

Pour augmenter le chiffre d’affaires, une entreprise peut produire plus et vendre plus, aller chercher de nouveaux clients par la publicité et/ou la prospection commerciale, ou encore innover pour sortir de nouveaux produits.

Pour réduire ses charges, l’entreprise peut limiter le nombre de ses salariés (voire en licencier), faire jouer la concurrence entre fournisseurs pour obtenir de meilleurs prix pour ses matières premières, ou encore réduire au minimum la consommation en énergies (exemple : détecteurs de mouvement ou l’eau et l’électricité), la consommation de papier pour l’imprimante, …

Le résultat opérationnel peut se retrouver dans l’EBE (Excédent Brut d’Exploitation), ou EBITDA (Earnings Before Interests Taxes Depreciation and Amortization) en anglais.

Le Résultat financier

Il traduit la politique financière de l’entreprise. Il est obtenu par la différence entre les produits financiers (placements) et les charges financières (intérêts d’emprunt). Une entreprise commerciale n’ayant pas vocation à générer des produits financiers, son solde est de façon générale négatif (pas de produits financiers, alors que les charges financières sont présentes dès qu’il y a un emprunt). Néanmoins, dans un soucis d’optimisation de sa trésorerie, il n’est pas rare que certaines entreprises placent leur argent pour en tirer des intérêts. Le surplus de trésorerie vient en général de la différence entre le moment où elle paye ses fournisseurs (60 à 90 jours après livraison) et le moment où elle est payée par ses clients (0 à 30 jours après livraison).

Publicités

Le Résultat exceptionnel

Il contient des éléments non récurrents à l’activité de l’entreprise (subventions, procès, amendes, prime de sinistre, plus ou moins-values sur cession d’actifs…). Il ne constitue pas un indicateur pertinent dans le cadre du pilotage de l’entreprise car il ne permettra pas de juger de la rentabilité durable de la société. Autrement dit, le résultat exceptionnel recense les recettes et les dépenses conjoncturelles.

L’agrégation de ces trois résultats correspond au résultat final de l’entreprise avant calcul de l’impôt, qui est un élément clef du compte de résultat. Il servira, par conséquent, de base au calcul de l’impôt.

ATTENTION : Pour le calcul de l’impôt (IS/IR), le résultat de base est le résultat fiscal et non le résultat comptable. La différence s’explique par l’existence de charges non déductibles fiscalement (amendes,…) et des produits non imposables (certaines plus-values de cession).

Différence entre le compte de résultat et le bilan

Il est fondamental de distinguer le compte de résultat du bilan. L’un est une image de ce qu’à gagné l’entreprise sur une période donnée alors que l’autre est une image à un instant donné du patrimoine de celle-ci.

Le compte de résultat :

Le compte de résultat sert à mesurer si l’entreprise  s’est enrichie ou si elle s’est appauvrie à travers le calcul du résultat net au cours d’une année définie. Dans le cas d’une société soumise à l’IS (Impôt sur les Sociétés), on distingue 3 cas si le :

  • Résultat courant avant impôt est positif : il sera soumis à l’IS , on parle dans ce cas de bénéfice.
  • Résultat courant avant impôt est négatif : il ne sera pas soumis à l’IS , on parle dans ce cas de déficit.
  • Résultat courant avant impôt est nul : il ne sera pas soumis à l’IS. A noter que ce dernier cas de figure est extrêmement rare, même pour une entreprise qui cherche à optimiser fiscalement via des montages fiscaux.

Le bilan:

Le bilan est un document qui mesure à un instant donné ce que possède une entreprise et la façon avec laquelle ce patrimoine est financé. Le bilan d’une société est réalisé au moins une fois par an à chaque fin d’exercice comptable. Il est à transmettre aux impôts dans le cadre de la liasse fiscale qui est composé du bilan, du compte de résultats et des annexes. Contrairement au compte de résultat, il ne nous informe aucunement sur l’activité de l’entreprise, il ne fait qu’état du patrimoine de l’entreprise.

Bon à savoir : La clôture d’un exercice comptable ne se fait pas systématiquement au 31 décembre de l’année. Certaines entreprises clôturent leurs comptes en décalé, par exemple au mois de juin.

Publicités

Affectation du résultat net

Prenons le cas d’une entreprise réalisant des bénéfices (ayant un résultat net positif) :

Le résultat d’un exercice doit être affecté en fin d’année. Lors de l’assemblée générale ordinaire, les actionnaires pourront décider de l’affectation de ces résultats, deux choix sont possibles:

  • réinvestir tout ou une partie des bénéfices dans la société (sous forme de réserves ou report à nouveau), ils renforceront ainsi ses capitaux propres (au passif du bilan).
  • distribuer des dividendes aux actionnaires.

Reporter les bénéfices au sein de la société constitue un mode de financement privilégié par nature car l’entreprise se finance sans s’endetter: c’est l’autofinancement. Cette pratique va permettre à l’entreprise de disposer de plus de cash afin de financer des investissements, anticiper une dépense imprévue ou tout simplement pour garder des liquidités en cas de coup dur.

Le compte de résultat permet de catégoriser certaines charges qui pourront être considérées comme fixes ou variables. Une charge fixe (loyer par exemple, ou assurances) est permanente, en opposition aux charges variables (achat de matières premières ou autres consommables) qui elles varient en fonction du volume de production de l’entreprise (plus l’entreprise produit, plus elle a besoin de matières premières et d’énergies). Ces notions servent notamment au calcul des coûts de revient, pour les prises de décisions telles que la fixation des prix de vente ou encore l’atteinte du seuil de rentabilité.

Qu’est-ce que le compte de résultat prévisionnel ?

Il s’agit du compte de résultat qui établit des prévisions sur l’activité future de l’entreprise. Pour se faire il faut fixer les valeurs de tous les éléments constituant le bilan:

  • fixer le prix de vente et les quantités à vendre (donc le chiffre d’affaires à réaliser)
  • fixer l’ensemble des charges fixes et variables afférentes à la production
  • fixer l’ensemble des produits financiers (intérêts perçus sur un placement) et des charges financières (mensualités pour le remboursement d’un emprunt)
  • fixer la valeur éventuelle des produits et charges exceptionnels (subventions…)

Le compte de résultat prévisionnel est toujours demandé par les organismes de crédit. En effet, pour qu’une banque vous accorde un prêt, elle doit s’assurer que votre entreprise sera bénéficiaire à l’avenir, donc potentiellement capable de rembourser son emprunt.

Pour une entreprise en création, on parlera plutôt de business plan.

Vous pouvez vous aider de la liasse fiscale mise à votre disposition par le gouvernement sur cette page.

A VOUS DE JOUER : Cet article vous a plu ? Commentez-le, partagez-le et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour recevoir les derniers articles ainsi que “le guide de la liberté financière” pour commencer à créer des sources de revenus. Pour ne rien manquer des actualités Finances Indépendantes, vous pouvez vous abonner à nos réseaux sociaux : Notre page Facebook, notre Chaîne Youtube, notre twitter, notre instagram, notre page Linkedin.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
%d blogueurs aiment cette page :